RÉSULTATS REMARQUABLES À LA CSPN

 

Taux de sorties sans diplôme ni qualification

La CSPN a poursuivi la diminution du décrochage scolaire chez ses élèves et se place au 12e rang sur 72 commissions scolaires (52e rang en 2010-2011). En effet, selon les dernières données officielles, le taux de sorties sans diplôme ni qualification pour l’année 2016-2017 a diminué à 10,2 %, ce qui représente un taux record. Ce taux se situe en deçà du taux du réseau public (15,1 %).

 

Taux de diplomation et qualification

Après une augmentation de 7 % en 2016, le taux de diplomation et qualification des moins de 20 ans a légèrement augmenté passant de 73,9 à 74,5 % en 2017, se rapprochant ainsi du taux du réseau public (77,7 %).

 

Histoire de la CSPN

Qui est Pierre Neveu ?

Le 8 octobre 1972, la Commission scolaire Pierre-Neveu est officiellement constituée. Ce choix de patronyme se veut un hommage à l’abbé Pierre Neveu.

Qui était Pierre Neveu ?

Né en 1884 à Sainte-Brigide d’Iberville, près de Farnham, Aimer-Pierre Neveu, garçon d’une famille de forgeron-cultivateur, se destine à la prêtrise. Il fait ses études classiques au Petit Séminaire de Saint-Hyacinthe et entreprend ses études en théologie au Grand Séminaire de Québec.

Ordonné prêtre en 1907, son état de santé fragile le convainc de s’établir en territoire où l’air frais abonde.  C’est ainsi  qu’il arrive à Mont-Laurier en 1914.

Sa carrière ecclésiastique est remarquable. Dès son arrivée, il fut nommé vicaire et secrétaire par Mgr  Brunet, premier évêque de Mont-Laurier.  L’année suivante, il devenait curé de Kiamika et chargé de la desserte de Val-Barrette, qu’il avait fondée précédemment. De 1945 à 1961, l’abbé Neveu exerça sa cure à L’Annonciation et continua à réaliser des œuvres paroissiales et à développer le territoire de la Municipalité.  Mais c’est à Mont-Laurier que, pendant un quart de siècle, le curé Pierre Neveu donna sa véritable mesure comme administrateur, prédicateur et surtout directeur spirituel des âmes.

Quelques-unes de ses réalisations

L’abbé Neveu marque son passage dans la région d’un zèle dévoué au développement.  Voici quelques-unes de ses réalisations qui le démontrent :

  1. supervision de la construction de la Cathédrale Notre-Dame-de-Fourvière de Mont-Laurier et de l’incorporation des éléments architecturaux et patrimoniaux importants (vitraux et ameublements);
  2. fondation des paroisses de Val-Barrette et de Kiamika;
  3. mise sur pied de la première bibliothèque paroissiale en 1931;
  4. mise en place des Œuvres Desjardins des Pauvres en 1933 ;
  5. fondation du Corps de musique de Mont-Laurier;
  6. mise sur pied de nombreux projets d’aménagement paysagers de diverses municipalités, de terrasses, de cimetières paroissiaux,
  7. aménagement du sentier des Jésuites, du sentier du Séminaire dans le boisé de la Croix, des abords de la Cathédrale, des abords de l’Église de L’Annonciation et des abords du monastère des Bénédictines à Mont-Laurier;
  8. érection du monument de la vieille meule à Mont-Laurier en hommage aux pionniers et aux débuts héroïques du Rapide-de-L’Orignal.

L’abbé Pierre Neveu reste également le digne élève du nationalisme inculqué par le Grand séminaire de Québec.  Un des grands dossiers régionaux  qui le préoccupait à son époque était la refrancisation du territoire.

En 1961, sa santé de plus en plus chancelante et sa vue affaiblie l’obligent à se retirer à Nominingue.  Il mourut en 1979 à l’âge de 94 ans.

 

 

 

 

 

L’Éducation dans les Hautes-Laurentides
Visitez la page de la Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides qui relate l’histoire de l’éducation dans nos communautés.

 

 

 

Visitez le site de la La Société d’histoire et de généalogie des Hautes-Laurentides (SHGHL) à: shghl.ca

< Retour